Le secteur des énergies renouvelables : croissance, financement et emploi

Prenez soin de la Terre, elle vous le rendra !

D’après le site Internet du gouvernement, la définition d’une énergie renouvelable est la suivante : «Une énergie est dite renouvelable lorsqu’elle provient de sources que la nature renouvelle en permanence, par opposition à une énergie non renouvelable dont les stocks s’épuisent ». Cette énergie peut être produite grâce à plusieurs éléments naturels : le soleil (panneaux photovoltaïques), le vent (éoliennes), l’eau (barrages hydrauliques), la terre (géothermie).

Les émissions de CO2 devraient diminuer de 85% de manière générale dans les 35 prochaines années, ce qui correspondrait à environs 0,6 gigatonnes de C02 par an.Toujours d’après leurs chiffres, 170 pays auraient pris des mesures pour intégrer les énergies renouvelables dans leur développement et 150 d’entre eux auraient adopté des politiques favorisant les investissements dans ce secteur.

Source : Perspectives for the energy transition: Investment needs for a low-carbon energy system de IRENA.org (Agence Internationale des Énergies Renouvelables)

D’après l’article publié en Mai 2016 par Consoglobe.com, le secteur des énergies renouvelables a crée 8,1 millions d’emplois.

La Loi relative à la Transition énergétique d’Août 2015 a été mise en place principalement pour offrir un avantage compétitif à la France au niveau des prix relatifs aux installations des énergies renouvelables et permettre d’accroître leur exportation. De plus, elle cherche à faciliter leur accès aux foyers français et à plus long terme, permettre la réduction des rejets de CO2 l’utilisation des énergies fossiles pour lutter contre le réchauffement climatique.

Les principales mesures affichées par le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer sont les suivantes :

  1. Rénovation du parc de bâtiments existants
  2. Amélioration de la performance énergétique et environnementale des bâtiments neufs
  3. Développement des transports propres
  4. Lutte contre les gaspillages et de promotion l’économie circulaire
  5. Développement des énergies renouvelables
  6. Renforcement de la sûreté nucléaire
  7. Simplification des procédures et de clarification du cadre de régulation
  8. Lutte contre la précarité énergétique

IMPE ENR de l’ADEME : une solution pour des innovations à financer !

L’appel à projets IPME ENR de l’ADEME a eu un grand succès, c’est pour cela que l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie a renouvelé cette année son offre (dont la clôture des dossiers a eu lieu en Février 2017). Les candidats doivent proposer des innovations dans le secteur de l’énergie renouvelable et plus précisément dans sa production, son stockage et/ou sa transformation. Les énergies en questions peuvent être de différentes catégories :l’éolien, le photovoltaïque, la biomasse, la géothermie, l’hybridation des différentes sources d’énergies, le stockage et la valorisation de l’énergie ou les systèmes électriques intelligents.

Le Club export énergies renouvelables :
L’image d’une France écoresponsable à l’international

Pas plus tard qu’en Février 2017, le ministre Jean-Marc Ayrault a signé un partenariat avec l’Indonésie en rapport avec l’échange d’énergies renouvelables. Ce partenariat laisse place à des échanges de projets, de techniques et de commercialisation d’énergies vertes. C’est un marché prometteur, d’autant plus lorsque l’on sait que de nombreux pays émergents sont lancés dans la course aux énergies durables. Des régions telles que le Moyen-Orient et l’Afrique de l’Est sont aussi en partie des membres non négligeables. Cet engouement pour la protection de l’environnement est en pleine explosion en France mais également dans de nombreuses parties du monde entier. La création d’alliances, de partenariats devient donc indispensable et devient une force pour notre pays. De plus, ce secteur devient hautement générateur d’emplois et accessible grâce à ses diverses formations et cursus académiques plus ou moins longs et professionnalisants.

Les métiers et formations d’avenir dans le secteur des énergies renouvelables

Ce secteur en plein essor est une opportunité de reconversion ou tout simplement d’entrée dans le monde du travail pour s’assurer d’un emploi. Il faut savoir que les formations d’accès vont du CAP au BAC+5 et sont plutôt nombreuses. Par exemple : les licences Pro « Maîtrise de l’énergie et Énergies renouvelables », « Gestion de solutions énergies renouvelables et innovantes pour le bâtiment » mais aussi, comme nous indique le magasine Phosphore, des formations continues (Formation aux métiers du bois-énergie, technicien commercial en éco-bâtiment et ENR ou formation généraliste en ENR). Mieux vaut sortir des écoles avec un diplôme non spécialisé sur une seule branche des énergies car comme nous l’avons vu précédemment, les innovations sont nombreuses et en constante évolution, ce qui signifie qu’il peut y avoir apparition de nouveaux métiers. On peut aussi penser que cela laisse un plus large choix de candidatures pour des emplois et que l’entreprise qui vous embauchera vous formera par la suite au poste et dans la branche qui l’intéresse. Il faut quand même développer vos connaissances en langues étrangères car les énergies renouvelables sont propices à une ouverture des entreprise au marché extérieur.

L’Étudiant nous donne quelques pistes de métiers en développement par domaine. Pour tout ce qui a attrait au secteur de l’énergie éolienne, nous avons le chef de projet éolien, le gestionnaire de parc éolien, le technicien éolien entre autre. Dans le secteur du solaire, vous pouvez, selon le niveau d’étude que vous visez, devenir ingénieur solaire, ou technicien en photovoltaïque par exemple. De nombreuse opportunités d’emploi sont possibles dans les secteurs de l’énergie hydraulique, le bois, le biogaz..

Pour le futur de notre planète et pour l’avenir de votre entreprise, PENSEZ VERT !

Alexandre Dankovic

Partager cet article