Les écosystèmes French Tech

Les écosystèmes French Tech

La French Tech est un écosystème de startups française.  Il est à la fois un réseau national et un réseau thématique. Il est présent également sur le plan international. Différents acteurs participent à ce projet novateur.

Le concept

La French Tech est un label français, créé par le gouvernement fin 2013. L’état soutien l’initiative, le ministère de l’économie porte ce projet public, mais ne l’encadre pas; ce sont tous les acteurs du label eux-mêmes qui co-construisent le projet. L’état, à l’origine de cette initiative, a vu le potentiel économique que représente l’émergence des startups, la création d’emploi et la valeur de l’innovation en sont des exemples. Ce label est une marque collective et ouverte dans le but de valoriser et de dynamiser l’écosystème des startups, tant au niveau national qu’au niveau international. L’enjeu est de placer la France parmi les grandes startups nations, elle permet également de mettre au devant de la scène le collectif des startups afin de favoriser l’attrait des investisseurs et des médias.

Historique

En janvier 2015, Axelle Lemaire, membre de la commission des affaires européennes, a annoncé un budget de 15 millions d’euros dans le but de développer l’attractivité de la French Tech à l’international. La banque publique d’investissement,un organisme de financement et de développement des entreprises, a quant à elle apporté 200 millions d’euros sous la forme de subventions. Cet organisme a également annoncé la mise en place des French Tech Hubs dans les grandes villes à l’international (New York, Tokyo, San Francisco etc.). Un Hub French Tech est un écosystème de startups françaises souhaitant s’implanter à l’international, ces entreprises sont labellisées par l’État et doivent répondre à un cahier des charges.

En 2016, la French Tech poursuit sa course à l’étranger, notamment par son expansion aux États-Unis.  Ainsi, 190 startups françaises du mouvement French Tech faisaient partie de la plus grande délégation étrangère au Consumer Electronics Show 2016, sur les 210 startups françaises présentes.

Un réseau national

Le label « Métropoles French Tech » a pour but d’identifier les régions où les écosystèmes de startups sont dynamiques. Ainsi, 13 écosystèmes ont reçu le label  « Métropoles French Tech », Paris n’est pas inclut car considéré comme le cœur de la French Tech. D’ailleurs la capitale représente à elle seule plus de la moitié de l’écosystème de startups françaises.

Les premières métropoles labellisées en 2014 sont : Aix-Marseille French Tech, French Tech Montpellier, Bordeaux French Tech, Nantes Tech, French Tech in the Alps, French Tech Rennes St-Malo, Lille’sFrench Tech, French Tech Toulouse, Lyon French Tech. Ces dernières sont rejointes en 2015 par 4 nouvelles métropoles : French Tech Brest +, LORnTECH, French Tech Côte d’Azur, Normandy French Tech.

Pour obtenir la labellisation « Métropoles French Tech », il faudra patienter jusqu’en 2018. En effet, la précédente vague de labellisation était en juin 2015 et est actuellement close.

Un réseau thématique

La French Tech a identifié les secteurs d’activité les plus dynamiques, en termes de startups, afin de créer des réseaux thématiques en lien avec les territoires. Partant du constat que les secteurs d’activité nécessitent une stratégie et un dynamisme distinct, le réseau national des métropoles French Tech, a été décliné en 9 réseaux nationaux thématiques tels que sport, security, e-santé etc.

Ce nouveau réseau répond à deux objectifs. D’une part, garantir la lisibilité du réseau, et d’autre part, recenser  les actions collectives concrètes, en accord avec les acteurs de l’écosystème, dans le but d’accélérer la croissance des startups.Toutefois les réseaux thématiques ne sont pas labellisés French Tech, en effet, seuls les métropoles et les Hubs le sont.

Le pass French Tech

Les partenaires de la French Tech ont créé le pass French Tech. Celui-ci est un programme national d’accompagnement lancé en 2014 et destiné exclusivement aux entreprises ayant une forte croissance. Les acteurs de ce dispositif sont Bpifrance, DGE, Business France, Coface, Inpi, AFPC et AFIC. L’accès à ce service procure aux startups plusieurs opportunités :

  • Une visibilité accrue grâce à une communication renforcée lors d’évènements en France ou à l’international ;
  • Un développement à l’international, une mise en relation avec la French Tech Hubs, une mise en avant de l’entreprise sur des salons étrangers ;
  • Un suivi personnalisé ;
  • Un accompagnement et une formation aux procédures liées à la protection intellectuelle ;
  • Effectuer toutes les démarches administratives de manière simplifiée

Pour être éligible, il ne suffit pas d’avoir une entreprise à forte croissance, il faut également que l’entreprise ait : son siège social en France, au minimum 2ans d’exercice, un modèle économique fort et à haut potentiel ainsi qu’une équipe dirigeante actionnaire.

Le dispositif a été mis en place pour la première fois en 2014, jusqu’à présent trois promotions ont bénéficié de ce programme :

La promotion 2014-2015 qui est composée de 48 entreprises toutes issues du numérique. Celles-ci ont été reconnues pour leurs grandes performances sur leurs marchés respectifs.
La promotion 2015-2016 qui est composée de 66 lauréats. Ces entreprises sont issues de trois secteurs : le numérique, l’industrie et la santé.
La promotion 2016-2017 est en cours de constitution et sera finalisée en juin 2017. Elle rassemble à ce jour 54 startups, elles sont issues de trois secteurs : le numérique, la santé et l’industrie.

L’utilisation de la marque French Tech

La marque est collective et ouverte, mais elle est toutefois encadrée afin de ne pas être dénaturée et de conserver sa lisibilité.

Les conditions pour pouvoir utiliser la marque :

  • Être membre de la communauté French Tech, c’est-à-dire, faire partie de l’écosystème de startups françaises : entrepreneurs, investisseurs, designers, développeurs etc. ;
  • Porter un projet au service de la French Tech, c’est-à-dire des startups. Tous les projets liés aux startups peuvent y associer la marque, dans le cas ou leurs contributions participent à la croissance des startups françaises.

La marque est protégée, c’est pourquoi son nom ne doit pas être dénaturé ni détourné. Il est également interdit sauf autorisation exceptionnelle de la Direction de la Communication de la Mission French Tech, de reprendre tout ou une partie de la marque.

Stéphanie JOURDAIN

Partager cet article