Réalité Virtuelle et Augmentée : quel impact pour les entreprises ?

Depuis quelques années, la Réalité Virtuelle (ou « Virtual Reality ») est une vague sur laquelle de nombreux entrepreneurs en quête d’attractivité souhaitent surfer, à tord ou à raison. Alors que les grands constructeurs du monde du jeu vidéo semblent avoir su tirer leur épingle du jeu vis-à-vis de ce phénomène, certains sont de plus en plus tentés de détourner ce nouveau medium au profit de leur activité. Alors ? Vrai bon plan ou fausse bonne idée ? On vous répond…

La VR pour les Nuls

Tout d’abord, est-ce que vous savez ce que c’est, exactement, la VR ? (« Mais oui, c’est comme quand j’ai attrapé un Pikachu en promenant le yorkshire l’autre jour ! »). Et bien, la VR, à la différence de la Réalité Augmentée, qui amène le monde virtuel dans le monde réel et a contribué aux beaux jours de Pokémon GO, inscrit l’individu dans une expérience virtuelle immersive. Théoriquement, il s’agit simplement de projeter l’utilisateur dans un autre espace que celui dans lequel il se trouve physiquement, tout en lui permettant d’interagir avec celui-ci. Concrètement, il existe aujourd’hui de nombreux casques de Réalité Virtuelle répondant à ces critères car conçus afin d’isoler l’utilisateur du monde réel et permettant une sensibilité accrue (captation des mouvements du corps et de la tête) au niveau virtuel. Parmi les industries qui ont contribué au développement de la VR, celle du jeu vidéo est de loin la plus marquante. En effet, motivés par la volonté de pousser les jeux vidéo toujours plus loin dans le réalisme, des constructeurs tel que Sony et son PlayStation VR ont largement permis la démocratisation de cette pratique et son insertion dans les foyers du monde entier. Finalement, bien que le procédé existe depuis plusieurs décennies, c’est bien dans les années 2010 que la VR fut projetée sur le devant de la scène. Au point que beaucoup d’entreprises en font aujourd’hui leur fer de lance au niveau de leur communication.

Un éventail de pratiques pour un grand nombre de possibilités

Aujourd’hui, difficile de passer à côté de la Réalité Virtuelle tant elle entretient la « hype » des consommateurs. Les avantages : faire une démonstration virtuelle des possibilités réelles. En ce sens, la VR est applicable dans de nombreux domaines professionnels : formations à distance, tests produits dans un magasin virtuel, visites de locaux sans y mettre les pieds, jouer à des jeux promotionnels, découvrir sa prochaine destination pour les vacances depuis son canapé,… Dans ce contexte, le caractère promotionnel de la VR offre des perspectives alléchantes au niveau commercial. Fini la simple brochure pour votre prochaine croisière : enfilez votre casque de Réalité Virtuelle et découvrez la cabine que vous occuperez au beau milieu de l’Atlantique.
Plus original encore : les bureaux virtuels. Aujourd’hui, plusieurs application proposent à des travailleurs séparés géographiquement, de collaborer au sein d’un même espace de travail… virtuel ! Le précurseur en la matière se nomme Big Screen Data et est encore en phase de développement.

Un phénomène suffisamment répandu ?

Depuis sa démocratisation auprès du grand public, l’accès à la VR a vu son coût diminuer drastiquement. En sus des traditionnels casques associés au domaine du gaming avec des prix compris généralement entre 200 et 400 €, les smartphones font aujourd’hui les beaux jours de la VR comme de la Réalité Augmentée. Beaucoup se souviennent de la démonstration de force de Google qui en 2014, présentait son Google Cardboard, réceptacle en carton permettant d’accueillir un smartphone et de profiter d’une expérience de Réalité Virtuelle, certes sommaire, mais suffisamment immersive pour soumettre un procédé commercial. Avec un prix ne dépassant pas les 10 €, les Google Cardboards sont l’exemple que tout un chacun peut avoir accès à la VR. Ce type d’initiative permet notamment aux férus de street-marketing de frapper fort, à moindre coût. Par la suite, des casques créés sur le même concept firent leur apparition dans la grande distributions ainsi que chez les opérateurs téléphoniques : avec des finitions plus soignées, ces modèles de casques constituent une alternative plus abordable afin de découvrir les joies de la Réalité Virtuelle. Au delà de sa simple commercialisation, la VR – tout comme la RA- est également « testable » dans bon nombre de salons (liés aux nouvelles technologies ou non) et dans une grande diversité de magasins, si bien que le commun des mortels (même les moins connectés d’entre eux) a été confronté au moins une fois dans sa vie à l’une de ces technologies.

Un investissement important pour les entreprises

Pour les entreprises, l’accès est beaucoup moins alléchant en matière de prix. En effet, au delà du prix de la location du matériel, c’est bien le développement d’un logiciel réellement pertinent qui vient saler la facture. Dans ce cadre, les start-up sont particulièrement attirées par ce modèle de communication : entre le buzz et l’ingéniosité, elle assure une certaine plus-value aux opérations de communication. Pour autant l’investissement est tel que beaucoup hésitent encore à se lancer dans la VR. Si l’on oublie pas le financement de formations à destination des commerciaux, le retour sur investissement peut rapidement donner le vertige tant il semble loin. Avec une technologie dans l’ère du temps, les éléments à prendre en compte avant de faire le grand saut sont nombreux : quel intérêt par rapport à mon domaine d’activité ? Quelles répercussions sur mon chiffre d’affaire ? Mon marché est-il friand de cette modernité ? Autant de questions qu’il est nécessaire de se poser et plus encore, lorsque l’on souhaite profiter de ce phénomène si aguicheur qu’est la Réalité Virtuelle.

Un secteur : l’immobilier

Parmi tous les secteurs évoqués et auxquels la Réalité Virtuelle fait de l’oeil quotidiennement, il en est un qui mise beaucoup dessus : celui de l’immobilier. Qu’il s’agisse d’immobilier professionnel ou non, la passerelle entre ce domaine et la VR est vite perçue, tant au niveau du consommacteur que du professionnel. Gain de temps, moins de visites physiques au profit de visites virtuelles, moins de frais, pas de prise de RDV… les avantages sont tels qu’ils pourront très rapidement devenir la norme. Dans le cas de l’immobilier professionnel, le prospect peut, grâce à la VR, se représenter son espace de travail sans effort, depuis son domicile. Par ailleurs, avec la multiplication des espaces de coworking et autres open spaces, l’attention accordée au design et à l’ambiance de ces espaces de travail s’est fortement accrue. Quoi de mieux alors que de se projeter directement sur place afin de voir si la déco nous correspond ? Vous en doutez ? Le succès d’entreprises comme Matterport, Realiz3D ou EnVisite devrait vous convaincre. Ces sociétés spécialisées dans la conception de biens immobiliers en 3D voient leur Chiffre d’Affaires exploser ces dernières années…

…pourquoi selon vous ?

Brandon YVET

Partager cet article